Community Manager de profession pour un organisme de formation, j’ai la chance de pouvoir donner quelques formations lorsque mon emploi du temps le permet. Dernièrement j’ai accompagné des futures assistantes de recrutement et assistantes de direction sur ce que j’ai appelé le « CV en ligne ». Expliquer qu’aujourd’hui le CV papier n’est plus suffisant est assez difficile mais rajouter qu’en plus il faut être visible sur internet c’est un beau défi à relever.

Recrutement : être visible un danger plus qu'un atout ?Si la question de la visibilité inquiète les candidats en France – aux USA la pratique est courante et un candidat peut même être éliminé à cause de son profil Facebook -, elle est avant tout une ouverture qui devrait les inciter à en tirer parti pour se démarquer. Qu’il s’agisse de personnes à la recherche d’un emploi ou des recruteurs, nous assistons à une mutation et sommes en train de franchir un point de non retour dans le recrutement sur internet.

Avoir un profil visible sur internet ne veut pas dire pour autant, partager sa vie personnelle avec tous. Les craintes des utilisateurs sont avant tout liées au danger de voir circuler sur la toile des données non contrôlées. Il est important de paramétrer correctement Facebook par exemple qui est le lieu privilégié où les photos personnelles et des fois privées sont visibles à l’insu des personnes qui apparaissent sur les photos.

Malgré tout, chers candidats, je vous invite à vous remettre en question, et à envisager ce changement comme une opportunité à saisir. C’est un moyen de faire la différence et de sortir du lot.

Pour les recruteurs, c’est enfin la possibilité de trouver le profil adéquat. Au delà des compétences, les réseaux sociaux professionnels vont permettre de sélectionner le candidat qui correspond à leurs attentes, mais surtout à leur culture d’entreprise. Avec les réseaux sociaux professionnels, le recruteur redevient chasseur contrairement aux jobboards qui le limitent dans la prospection.

Le problème, c’est que ce ne sont pas seulement les réseaux sociaux professionnels qui font l’objet des recherches complémentaires au CV. Les réseaux sociaux grand public comme Twitter ou Facebook où chacun s’épanche sur sa vie personnelle sont eux aussi scrutés.  Mais un article passé presque inaperçu pourrait remettre en question tout ou partie de cette logique. Et si les recruteurs n’avaient plus le droit, légalement parlant, d’aller fouiner enquêter sur les candidats ? Le comportement – ou voyeurisme comme certains le disent – des recruteurs dérange et c’est à force de gronde que les internautes en Amérique sont parvenus à faire interdire l’accès à leur profil pour les entretiens d’embauche. Mise en application dans deux Etats, je parie que cette loi risque de s’étendre rapidement.

Lisez ces autres tendances

 

Tags : , ,